Menu

Budget 2022-2023 : Des avancées pour les victimes de violences conjugales, grande déception en logement social

Montréal, le 22 mars 2022 – L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2) accueille positivement le budget Girard qui prévoit des financements attendus en matière de violence conjugale. Toutefois, l’Alliance MH2 se désole de l’absence de mesures ambitieuses en matière de logement social, un enjeu qui affecte directement les femmes victimes de violence conjugale.

Maisons d’hébergement en violence conjugale

L’Alliance MH2 constate que le financement des services est au rendez-vous pour les maisons de 2e étape actuellement en construction qui ouvriront leurs portes dans les 3 prochaines années. Ces projets sont un rattrapage des besoins prépandémiques, au vu du développement également prévu de services d’hébergement d’urgence, nous estimons que cela couvrira 80% des besoins en 2e étape en 2024. Toutefois, le budget Girard ne prévoit pas d’augmentation significative au Programme d’amélioration des maisons d’hébergement (PAHM) alors que le parc des maisons d’hébergement vieillit et a besoin de maintenance, notamment pour garantir l’accessibilité universelle des lieux.

« L’Alliance MH2 salue ces annonces de financements des services pour les nouvelles maisons d’hébergement de 2e étape qui correspondent à des solutions concrètes pour la prévention des féminicides. »

 Gaelle Fedida, coordonnatrice aux dossiers politiques de l’Alliance MH2

Mesures structurantes pour l’accompagnement socio-judiciaire des victimes

L’Alliance est satisfaite de constater des allocations pour Rebâtir la confiance des victimes dans le système de justice. Le budget prévoit 36 M$ en 2022, puis 54 M$ par an à compter de 2023 pour l’ajout de juges à la Cour du Québec, notamment en protection de la jeunesse, ainsi que d’effectifs policiers et de procureurs.

« C’est le moment d’investir des sommes pour concrétiser les engagements pris pour Rebâtir la confiance des victimes dans le système de justice. Les projets pilotes de tribunaux spécialisés en violence conjugale et agressions sexuelles, qui débutent dans le prochain mois, nous donneront toutefois un meilleur aperçu des besoins réels pour poursuivre nos représentations sur le sujet si nécessaire, notamment pour que l’appareil d’État ait suffisamment de personnel et systématiquement formé. »

Sabrina Lemeltier, Présidente de l’Alliance MH2

 

Question du logement – la stabilité résidentielle des femmes facteur de sécurité

Sur le front du logement social l’Alliance MH2 reste inquiète, car les objectifs annoncés seront loin de couvrir les besoins des femmes victimes de violence conjugale. Le logement social correspond à des initiatives structurantes qui permettent d’accéder à la stabilité résidentielle, point culminant de la reprise de pouvoir des femmes, et pierre angulaire de la prévention des féminicides. De plus, le gouvernement poursuit le financement d’unités au privé plutôt que dans le parc public.

« L’absence de vision stratégique en matière de logement du gouvernement contribue à l’appauvrissement des femmes, les vulnérabilisant d’autant plus face aux violences et au contrôle coercitif qu’elles peuvent vivre dans la sphère privée. »

Gaelle Fedida, coordonnatrice aux dossiers politiques de l’Alliance MH2

-30-

Source : L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2)

Demande d’informations : Vicky Croisetière, chargée des communications, communication@alliancemh2.org | 438-356-2100

 

L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2) compte 34 maisons membres dans 14 régions du Québec dont l’objectif principal est la prévention de l’homicide conjugal. Les MH2 hébergent annuellement plus de 500 femmes et enfants par année dans 145 appartements sécurisés. Elles offrent des services spécialisés en violence conjugale postséparation, au regard de la dévictimisation, de l’analyse de la dangerosité du conjoint, des impacts sur les enfants exposés à la violence conjugale, de la réinsertion sociale des victimes et de l’autonomisation des femmes hébergées. Le premier critère d’admission est la dangerosité de l’ex-conjoint; 8% des femmes au départ d’un refuge d’urgence, vivent des enjeux de sécurité majeurs et auront besoin d’un hébergement de 2e étape. L’Alliance MH2 développe actuellement 22 nouveaux projets de maisons de 2e étape pour un total de 245 unités qui pourront héberger plus de 650 femmes et enfants.

Menu principal