Menu

Violence conjugale : l’Alliance MH2 accueille positivement le bracelet anti-rapprochement longuement attendu

Montréal, le 1er décembre 2021 – L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2) applaudit l’annonce du bracelet anti-rapprochement, un dispositif qui étoffe l’arsenal de mesures visant la mise en sécurité des femmes et enfants victimes de violence conjugale.

Les chercheurs de l’UdeM qui conseillent la Vice Premiere ministre ont analysé que 23% des hommes incriminés pour des faits de violence conjugale correspondraient aux critères pour porter le bracelet électronique. Considérant que les services de police rapportent annuellement 18 000 infractions en contexte de violence conjugale, ce sont donc plus de 4000 agresseurs susceptibles de porter le dispositif par an.

La violence conjugale postséparation concerne un grand nombre de femmes, qui vivent dans la peur quotidienne de se faire harceler par leur ex-conjoint, et les féminicides en contexte conjugal surviennent précisément lorsque la victime s’affranchit du contrôle coercitif de ce dernier. Le bracelet anti-rapprochement ne sera pas à lui seul la panacée, c’est un des nombreux moyens de protection dans la palette recommandée par les experts qui conviendra à la réalité de certaines victimes. Il faudra s’assurer qu’elles puissent le demander, et également que les enjeux technologiques, tel que la couverture du réseau cellulaire en régions rurales éloignées ou nordiques, permettent la mise en œuvre sur tout le territoire pour les femmes en danger.

Le gouvernement met en œuvre les recommandations du rapport Rebâtir la confiance qui est un tout cohérent : le tribunal spécialisé, les cellules de crise, l’accès à l’aide juridique, aujourd’hui le bracelet électronique qui a fait ses preuves dans d’autres pays. C’est une évolution historique des politiques publiques en violence conjugale. Nous nous attendons à ce que le sérieux de ces intentions se concrétise dès le prochain budget.

Sabrina Lemeltier, présidente de l’Alliance MH2

 

Le bracelet vise d’abord et avant tout la protection de la victime et la prévention de la récidive. Il sera donc crucial que les groupes qui offrent des services aux conjoints violents soient également impliqués dans la gestion du dispositif à compter du moment où ils seront accrédités tel que prévu par les experts.

L’Alliance MH2 est prête à s’investir dans les plus brefs délais pour assurer une collaboration et une contribution significative aux comités de travail afin de faire aboutir le plus rapidement possible l’ensemble des recommandations de Rebâtir la confiance, conçu comme un tout indivisible.

Gaelle Fedida, coordonnatrice aux dossiers politiques de l’Alliance MH2

 

-30-

 

Source : L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2)

Demande d’informations : Vicky Croisetière, agente de communication, communication@alliancemh2.org | 438-356-2100

 

L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale compte 30 maisons membres dans 12 régions du Québec dont l’objectif principal est la prévention de l’homicide conjugal hébergeant annuellement plus de 500 femmes et enfants par année dans 140 chambres ou appartements. Elles offrent des services spécialisés en violence conjugale postséparation, au regard de la dévictimisation, de l’analyse de la dangerosité du conjoint, des impacts sur les enfants exposés à la violence conjugale, de la réinsertion sociale des victimes et de l’autonomisation des femmes hébergées. Le premier critère d’admission est la dangerosité du conjoint; 8% des femmes au départ d’un refuge d’urgence, vivent des enjeux de sécurité majeurs et auront besoin d’un hébergement de 2e étape.

Menu principal