Menu

12e féminicide : l’Alliance MH2 interpelle l’entourage des victimes

Montréal, le 10 juin 2021 – C’est avec grande tristesse que l’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2) apprenait le meurtre de Lisette Corbeil par son ex-conjoint qui se serait ensuite enlevé la vie. Cet événement violent qui composerait le 12e féminicide en contexte conjugal de 2021 met en évidence plusieurs indicateurs de dangerosité et vient confirmer la tendance vers une hausse de violences en lien avec le déconfinement. Dans cette communication publique, l’Alliance souhaite donc s’adresse à la population québécoise dans son ensemble, et plus précisément à l’entourage des victimes de violence conjugale, pour partager quelques connaissances et ressources. Il est effectivement important que l’ensemble de la population soit sensibilisée aux signaux de la violence conjugale dans une perspective de garantir un solide filet de sécurité autour des victimes.

 

Le (dé)confinement

Nous ne le dirons jamais assez, la violence conjugale ne correspond pas à un enjeu d’impulsivité ou de perte de contrôle. Au contraire, pour réutiliser la définition textuelle de la violence conjugale du gouvernement du Québec : « La violence conjugale comprend les agres­sions psychologiques, verbales, physiques et sexuelles ainsi que les actes de domina­tion sur le plan économique. Elle ne résulte pas d’une perte de contrôle, mais constitue, au contraire, un moyen choisi pour dominer l’autre personne et affirmer son pouvoir sur elle. Elle peut être vécue dans une relation maritale, extramaritale ou amoureuse, à tous les âges de la vie. » Le déconfinement apportera une augmentation de la gravité des violences conjugales et des féminicides. Le conjoint violent a eu pendant 1 an et demi un contrôle presque total sur sa partenaireen confinement, avec le retour de quelques libertés, il sentira que celle-ci échappe à son emprise et cherchera par tous les moyens de maintenir son contrôle.

 

La violence conjugale postséparation (VCPS)

La VCPS est la violence conjugale qui se manifeste sous toutes ses formes en contexte de postséparation. La séparation imminente ou récente est le moment où le risque homicidaire est à son plus élevé. En effet, il s’agit d’une période où les stratégies de domination et de contrôle de l’ex-conjoint se transforment, se multiplient et perdurent, exposant ainsi la femme et ses enfants à un plus grand risque d’atteinte à leur sécurité psychologique et physique. À l’automne 2020, l’Alliance menait une campagne de sensibilisation à la VCPS qui comportait, entre autres, un questionnaire d’autodépistage de la VCPS. Des quelques 400 répondantes pendant la campagne, 88% subissaient des formes graves de VCPS. Le questionnaire d’autodépistage est toujours disponible en ligne au www.vcps.ca . Il peut s’agir d’un outil clé pour une prise de conscience pour la victime ou pour ses proches de la gravité de la situation et redirige les personnes répondantes vers la section des ressources sur la VCPS du site web de l’Alliance pour mieux comprendre cet enjeu et trouver des ressources d’aide le cas échéant. .

 

Les armes à feu

Une personne au comportement violent ou contrôlant possédant une arme à feu correspond à un facteur de risque important. À cet effet, une ligne téléphonique confidentielle « J’ai un doute, j’appelle ! » a été mise en place par la Sûreté du Québec pour que toute personne ayant des inquiétudes pour un individu possédant ou désirant acquérir une arme à feu puisse le signaler. Il est possible de transmettre des informations qui seront utilisées dans le cadre de l’analyse visant à déterminer si une personne peut posséder des armes à feu. Il ne s’agit pas d’une dénonciation mais bien d’une mesure qui peut sauver des vies.

On accède à cette ligne en composant le 1-800-731-4000 (option1-2)

L’Alliance demeure impliquée sur les dossiers de contrôle des armes à feu pour des changements structurels importants pour garantir la prévention des féminicides liés à la violence conjugale.

-30-

À propos de l’Alliance : 

L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale compte 26 maisons membres, dont l’objectif principal est la prévention de l’homicide conjugal. Elles offrent des services spécialisés en violence conjugale postséparation au premier chef la mise en sécurité physique, le premier critère d’admission est la dangerosité de l’ex-conjoint. Ceci concerne 8% des femmes qui, au départ d’un refuge d’urgence, vivent des enjeux de sécurité majeurs du fait de la dangerosité du conjoint. Elles hébergent plus de 500 femmes et enfants par année dans 140 chambres ou appartements.

Source :

Vicky Croisetière, agente de communication, communication@alliancemh2.org | 438-356-2100

Disponible pour entrevue: 

Maud Pontel, coordonnatrice Alliance MH2