Menu

Investissement de 71M$ en violence conjugale : l’Alliance MH2 salue des mesures structurantes et systémiques impatiemment attendues.

Montréal, le 6 mai 2021 – L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale (Alliance MH2) accueille très favorablement l’annonce ce jeudi d’un investissement de 71M$ pour des mesures structurantes du système judiciaire et policier. Comme nous le répétons depuis plusieurs mois déjà dans la foulée des récents féminicides, le gouvernement se doit de soutenir les victimes à hauteur de leurs besoins, mais à elles seules, les ressources communautaires ne peuvent éradiquer les féminicides et la violence conjugale. Les besoins sont criant d’implanter des mesures avec une vision structurante, systémique et à long terme.

Des avancées majeures en justice

Tout d’abord, les annonces relatives au système de justice sont porteuses de solutions encourageantes. Les propos du Ministre de la Justice, Simon Jolin-Barette, reconnaissant qu’un tribunal spécialisé sur les violences sexuelles et les violences conjugales correspond à la « colonne vertébrale du rapport du comité d’experts » et sa garantie de vouloir implanter celui-ci le plus rapidement possible est porteur d’espoir pour les victimes. L’Alliance MH2 est aussi très satisfaite de l’investissement de 44M$ pour l’intégration provincial du processus de poursuite verticale. Une stratégie qui s’est avérée donner des résultats très efficaces dans les régions où le service de procureurs dédiés est déjà en place. Le gouvernement devra toutefois s’assurer de l’adhésion à cette vision à l’échelle provinciale pour ne pas voir des reculs, comme nous l’avons vu en janvier dernier alors que le DPCP de la Mauricie retirait le procureur dédié à la violence conjugale. L’annonce d’aujourd’hui vient de pair avec la réforme de l’IVAC, toujours en analyse, le Ministre a bien souligné que les victimes n’ont pas besoin de porter plainte pour ouvrir un dossier a l’IVAC. Un très grand nombre d’organisations et d’experts, dont l’Alliance MH2, ont collaboré activement à la révision du projet de loi 84, nous avons ainsi bon espoir que sa forme finale correspondra à des avancées majeures pour les droits des victimes.

« Le gouvernement en mettant en œuvre les recommandations du rapport des experts « Rebâtir la confiance » confirme son engagement à mettre en place les meilleures pratiques pour lutter contre la violence conjugale. Nous entendons aussi la volonté de mettre en place le tribunal spécialisé en violence conjugale et nous invitons le ministre Jolin-Barette à travailler les organismes spécialisés en violence conjugale pour que sa mise en œuvre se fasse dans le meilleur intérêt des victimes. »

Sabrina Lemeltier, présidente de l’AllianceMH2

Des corps policiers mieux outillés

Nous accueillons positivement les propos de Madame Guilbault relativement aux besoins d’outiller et de former convenablement les forces policières. Quant à la somme de 27M$ dédié aux corps de police pour des initiatives en violence conjugale, nous saluons l’initiative et entendons bien le message de la ministre de la Sécurité publique souhaitant favoriser les partenariats collaboratifs avec les milieux communautaires, mais soulignons qu’il devrait être le critère principal. Nous croyons en effet que la richesse de l’expertise des groupes d’aide et d’hébergement pour victimes doit être mise à profit pour un changement de culture struturant. Nous souhaitons de plus que ces projets s’accompagnent d’un processus d’évaluation minutieux afin d’en ressortir les meilleures pratiques dans la perspective d’uniformiser les services et systématiser les meilleures pratiques à l’échelle provinciale.

Une implication accrue des services correctionnels pour prévenir les féminicides

L’Alliance MH2 accueille favorablement l’expansion du programme d’évaluation du conjoint violent au moment de la remise en liberté. Nous attendons toutefois d’obtenir plus d’information pour l’opérationnalisation de cette mesure. Nous rappelons que le but principal de cette mesure devrait viser à lever la confidentialité afin de mettre les services d’aide et d’accompagnement aux victimes au cœur des actions. Nous considérons aussi que ce processus d’évaluation ne devrait pas être limité aux contrevenants en violence conjugale et sexuelle exclusivement, mais devrait être élargie aux coupables de crimes violents au sens large. Rappelons que le criminologue Frédéric Ouelette souligne un dénominateur commun chez les acteurs de féminicides; ils avaient tous un passé de voies de faits.

Si l’Alliance accueille très favorablement ce positionnement clair de Québec en matière d’accompagnement des victimes, nous sommes tout de même conscientes que des besoins de réformes législatives en matière de droit criminel sont nécessaires pour adresser convenablement l’enjeu de la violence conjugale. À cet effet, nous poursuivons nos travaux fédéraux sur le Plan d’action national sur la violence basée sur le genre, notamment sur l’intégration de la notion de contrôle coercitif dans le code criminel en matière de violence conjugale.

-30-

À propos de l’Alliance :

L’Alliance des maisons d’hébergement de 2e étape pour femmes et enfants victimes de violence conjugale compte 26 maisons membres, dont l’objectif principal est la prévention de l’homicide conjugal. Elles offrent des services spécialisés en violence conjugale postséparation au premier chef la mise en sécurité physique, le premier critère d’admission est la dangerosité de l’ex-conjoint. Ceci concerne 8% des femmes qui, au départ d’un refuge d’urgence, vivent des enjeux de sécurité majeurs du fait de la dangerosité du conjoint. Elles hébergent plus de 500 femmes et enfants par année dans 140 chambres ou appartements.

Source :

Vicky Croisetière, agente de communication, communication@alliancemh2.org | 438-356-2100

Disponible pour entrevue:

(Français) Sabrina Lemeltier, présidente Alliance MH2

(Anglais) Maud Pontel, coordonnatrice Alliance MH2